Vous êtes ici :
11 novembre 2020

​​Techniques équines : Cinq mythes à faire déguerpir au galop!

Ça y est, c'est aujourd'hui que l'on règle le cas des cinq mythes les plus tenaces à coller à notre formation collégiale en Techniques équines, qui est un programme unique au Québec offert à notre campus de La Pocatière. Allez camarade, en selle, pour (re)découvrir ce programme de l'ITA... ​


Mythe 1 : On ne fait que monter à cheval 
Bien sûr, les habiletés en équitation font partie du programme, mais les apprentissages sont tellement plus vastes. Les étudiants en Techniques équines apprennent : l'anatomie et la physiologie des chevaux, le comportement équin, la gestion d'une écurie, les soins de base à prodiguer pour divers problèmes de santé ou maladies (boiterie, peau, etc.), la reproduction d'un cheptel, l'enseignement de l'équitation, l'entraînement des chevaux, la commercialisation des activités d'un centre équestre, les ferrages d'urgence, la planification de randonnées. On pourrait continuer longtemps, mais on sait que tu as saisi le portrait! 😉

 

 

Mythe 2 : Il n'y a pas d'emploi dans ce domaine
La très grande majorité de nos diplômés décrochent un emploi lié à leur domaine d'études à la fin de leur DEC. D'ailleurs, 100 % des finissants de la dernière cohorte ont joint le marché du travail (Source Pygma : https://pygma.ca/155A0). Contrairement à ce que l'on croit, il ne s'agit pas d'une exception! À l'aide de leur bagage théorique bien rempli et d'un volet pratique omniprésent, les étudiants accèdent à des postes d'éleveur, d'entraîneur, de moniteur ou d'instructeur d'équitation, de gérant ou de responsable de centre équestre ou de guide de tourisme équestre.


Une partie de nos étudiants vont quant à eux poursuivre leurs études après leur DEC. Ils se dirigeront vers l'université dans un programme d'agronomie ou en perfectionnement en massothérapie équine ou encore en équitation thérapeutique. 

Mythe 3 : Les cavaliers les plus expérimentés réussissent mieux la formation
Comme mentionné plus tôt, l'équitation n'est qu'un volet parmi tant d'autres de la formation. Et en matière d'équitation, les professeurs poussent chaque étudiant aussi loin qu'ils le peuvent, donc chacun y trouve son compte. Les plus expérimentés auront certes la chance de compléter davantage de brevets de cavaliers, une certification non obligatoire, proposée en complément à nos étudiants pendant leur parcours.

Si l'on revient à l'ensemble des objectifs du programme, on remarque que les étudiants les plus engagés, travaillants et en bonne forme physique sont ceux qui réussissent le mieux la formation. Nos professeurs ont d'ailleurs préparé un court document qui résume selon eux les « clés de la réussite en techniques équines ». On t'encourage à le lire attentivement!​

 

Mythe 4 : Je peux placer mon cheval en pension à l'écurie de la Ferme-école de l'ITA
Non. La Ferme-école LAPOKITA possède son propre cheptel d'environ soixante chevaux. Chaque bête est soigneusement sélectionnée en fonction de caractéristiques recherchées par nos professeurs. En effet, ils veillent à compter dans l'écurie des jeunes chevaux, d'autres plus expérimentés, certains sur l'avant-main, d'autres sur leurs postérieurs, des « speedés », des « tranquilles », des multidisciplinaires ou des chevaux plus spécialisés dans une discipline. L'objectif ultime est toujours le même : permettre à nos étudiants de développer des compétences variées en débourrage de jeunes chevaux, en entraînement des chevaux et en enseignement de l'équitation. Plus ils s'exercent sur des chevaux différents, meilleurs ils seront sur le marché du travail!

La plupart des étudiants qui tiennent à avoir leur cheval près d'eux durant leurs études vont plutôt opter pour un centre équestre dans les environs du campus de La Pocatière pour y placer leur compagnon.  

Mythe 5 : Une formation dans le domaine des chevaux, c'est cher
L'ITA est un collège public spécialisé en agroalimentaire. Les frais de scolarité sont les mêmes pour chacun de nos sept programmes d'études de niveau technique, soit 190 $ par session. Le DEC en Techniques équines comprend 7 sessions, réparties sur trois ans. Même s'il faut aussi prévoir du matériel comme des brosses, une bombe et des bottes, des manuels scolaires ainsi qu'un ordinateur portable, le tout demeure tout à fait accessible. Puis, les étudiants de l'ITA sont admissibles au programme de prêts et bourses du gouvernement du Québec pour un petit coup de pouce!


Pour plus de détails

Maintenant que tu as une idée plus juste de notre programme d'études, si tu veux en apprendre plus, rends-toi sur notre section consacrée à Techniques équines​​. Sinon, assiste à nos portes ouvertes virtuelles du campus de La Pocatière ce samedi 14 novembre pour rencontrer des professeurs et une étudiante qui t'en diront plus long. Tu peux aussi joindre notre collègue en information scolaire par téléphone ou par courriel sur les heures régulières de bureau. 


La Pocatière : Nathalie Rioux, 418 856-1110, poste 1216
ita@ita.qc.ca