Vous êtes ici :
6 novembre 2020

​Neuf preuves que l’horticulture est en pleine révolution environnementale!​

Si quand on te dit « Aménagement paysager » tu penses à des bosquets de fleurs ordinaires et un nain de jardin en façade d'un bungalow des années 70 : il est sérieusement temps que tu découvres l'horticulture d'aujourd'hui, dite environnementale! À l'ITA, on offre une formation collégiale en aménagement du paysage et on va te montrer que ce secteur s'est complètement renouvelé au cours des dernières années. Avec l'émergence de cette nouvelle horticulture au service de l'environnement, l'herbe n'est pas seulement plus verte chez le voisin, mais bien partout!

1-Des aménagements d'abord fonctionnels
Sans être totalement évacuée, la notion de beauté n'est plus le principal critère dans la création d'un espace vert. On vise avant tout des aménagements utiles aux usagers et bons pour l'environnement. Cela passe par les choix des plantes et des matériaux, l'identification de l'usage de chaque zone à concevoir, l'analyse et la résolution des problématiques à corriger, etc.

2-La multiplication des surfaces
Finie l'époque où seul le « plein sol » était mis à profit en paysagement. Les plantes s'invitent désormais sur les murs intérieurs ou extérieurs, sur les toitures, dans les tables potagères ou divers bacs et récipients, etc. Chaque nouvelle surface verdie incarne un gain à petite échelle pour l'environnement (on y revient aux points 5-6-7-8 😉).

3-La revanche des petites surfaces
Dans le même ordre d'idée, plus besoin d'avoir à sa disposition un terrain digne de grands domaines royaux pour pratiquer l'aménagement du paysage. Un balcon ou une terrasse, même exiguë, représente maintenant une aire parfaite de pur plaisir pour les horticulteurs.

​​

4-Une vocation nourricière
Les aménagements comestibles sont en vogue dans le domaine du paysagement. Avec raison! Quoi de mieux que de cueillir ses pommes, poires ou prunes! Il suffit d'inclure quelques arbres fruitiers dans sa sélection à la pépinière. Et dans les plates-bandes, on ajoute facilement des choux, des brocolis, des carottes, des plants de fraises, de poivrons ou de tomates. Impossible de faire plus court en termes de circuit d'approvisionnement.

5-Les îlots de chaleur combattus
Saviez-vous que l'absence de verdure peut faire augmenter de 10 degrés Celsius la température d'une zone urbaine en pleine canicule? Les arbres et certains autres végétaux créent de l'ombre, absorbent la chaleur et rejettent de fines gouttelettes (rien à voir avec la Covid-19 😉) qui rafraichissent l'air ambiant. De vrais climatiseurs naturels! L'horticulture environnementale mise sur le verdissement des ruelles, la création de parcs, l'installation de toits et murs végétalisés sur des bâtiments qui autrement ne feraient qu'irradier la chaleur et contribuer à la hausse de température enregistrée.   

6-Biodiversité, biodiversité, biodiversité
L'horticulture d'aujourd'hui protège et favorise la biodiversité des plantes et des insectes pollinisateurs. En remplaçant une partie ou l'ensemble du gazon d'un terrain par du thym ou du trèfle, on offre un milieu de vie aux pollinisateurs, en plus de bénéficier d'avantages en matière d'entretien (moins de tonte, aucune irrigation). En choisissant des variétés de plantes qui fleuriront à différents moments au fil de la saison, les insectes pourront s'y nourrir sur une plus longue période. Et pourquoi pas inclure un hôtel à « bibittes » dans son arrière-cour? Quand on sait que « Les pollinisateurs, dont les abeilles, sont indispensables pour la production de 35 % des aliments sur Terre » (Le nutritionniste urbain), on comprend l'importance d'en prendre soin!  ​

7-L'eau : la conserver, la gérer, la traiter
Arroser son aménagement avec de l'eau potable à l'aide d'un boyau d'arrosage, c'est tellement dépassé! Maintenant, il suffit de recueillir l'eau de pluie. En plus d'optimiser une ressource naturelle, la conservation de l'eau sur le site évite de surcharger les systèmes d'égouts sursollicités lors d'averses soutenues. Dans cette même optique, de nombreuses solutions permettent de réacheminer l'eau vers la nappe phréatique plutôt que la diriger vers les usines de traitement d'eaux usées : pavés percolants, jardin de pluie, chaîne de pluie, stationnement écologique. Que dire des marais filtrants qui peuvent, grâce à certaines plantes, filtrer ou décontaminer de l'eau polluée!   

8-Des sols en santé
Parce que tout aménagement est dépendant de la qualité du sol et du terreau, l'horticulture environnementale fait tout pour les préserver. Terminés, les apports massifs de fertilisants et les recours aux pesticides chimiques aux moindres signes avant-coureurs de problèmes quelconques. La trousse d'intervention est diversifiée et inclut notamment le dépistage, les solutions à base de produits naturels, les insectes auxiliaires (ces petits soldats qui travaillent pour la plante, contre les insectes nuisibles ou les maladies), etc.

9-Une nouvelle philosophie enseignée : PUUR Paysage
Les professeurs en Paysage et commercialisation en horticulture ornementale de l'ITA, témoins de l'émergence de ces tendances de fond, ont décidé d'orienter leurs enseignements vers l'horticulture environnementale. Est née en 2018, une approche pédagogique nommée « PUUR Paysage, l'horticulture qui fait du bien ». Tous les éléments présentés plus haut font partie intégrante du DEC afin de former la prochaine génération d'horticulteurs polyvalents prêts à répondre aux besoins de l'industrie, tout en prenant soin de la planète. Une exclusivité au Québec!

Alors, maintenant, quelle image te vient à l'esprit quand tu penses à « Aménagement paysager »? Si tu veux en savoir plus sur la formation qui te permettra de concevoir et de réaliser des aménagements aussi magnifiques que bénéfiques? Rends-toi sur le programme PCHO sur notre site Internet. Sinon, assiste à nos portes ouvertes virtuelles le 21 novembre au campus de Saint-Hyacinthe. Tu peux aussi joindre notre équipe en information scolaire par téléphone ou par courriel sur les heures régulières de bureau.

La Pocatière : Nathalie Rioux, 418 856-1110, poste 1216
Saint-Hyacinthe : Pascale Côté, 450 778-6504 poste 6416
ita@ita.qc.ca


Crédit photo 2 : Mélanie St-Pierre, ITA​